"C'est la plus grande imposture de cette histoire ; on nous a vendu ces produits pour des vaccins. Ce ne sont absolument pas des vaccins. C'est du grand n'importe quoi ! On se fout de notre gueule !"" Professeur Christian Perronne 25.11.2021
Professeur Perronne sur la troisième dose
Professeur Perronne sur la troisième dose

Professeur Perronne sur la troisième dose

Professeur Perronne sur la troisième dose : “Des milliards de doses sont en stock et vont se périmer très prochainement. Voilà la raison”

 

Recueilli par « Valeurs actuelles », un des seuls médias lui donnant encore la parole :

 

Le Professeur Perronne sur la troisième dose:

Ancien chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches, dans les Hauts-de-Seine, le professeur Christian Perronne a reçu de la part du conseil de l’Ordre l’injonction de ne plus s’exprimer “en tant que médecin et professeur, mais comme simple citoyen et de ne plus s’adresser aux Français, mais seulement au gouvernement“.

“(…) Actuellement, nous pouvons voir des décisions qui n’ont aucun support scientifique. Il y a un conseil scientifique à l’Élysée, nommé par le président de la République sans aucun support juridique. Il n’y a jamais eu de vote des pairs, afin d’élire au sein de ce conseil des personnalités représentatives du corps médical.

Ils se réunissent en catimini et prennent des décisions hallucinantes. Moi, en tant que scientifique, j’ai piloté des crises sanitaires pendant 15 ans avec des gouvernements de droite et de gauche. J’ai été responsable de la politique vaccinale française pendant des années, y compris au sein de l’OMS. Par conséquent, j’hallucine que le gouvernement puisse sortir du chapeau des mesures aussi terribles pour le peuple français, sans aucun support scientifique (…)

La médecine est soumise à des diktats autoritaires tout à fait scandaleux. Un médecin devrait être libre. Nous n’avons plus le droit de soigner avec des traitements qui guérissent. Voilà la logique. Désormais, tous nos gouvernants et nos experts médicaux sont influencés par Big Pharma (…)

Ce qu’il se passe actuellement est absolument ignoble en termes de santé publique (…) J’ai proposé à Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique de l’Élysée, un débat télévisé. Il a refusé. Preuve que tous ces gens du conseil scientifique n’ont aucun argument. Par ailleurs, le conseil de l’Ordre m’a autorisé à interpeller les autorités. Alors je les interpelle et attends un quelconque argument scientifique pour déterminer que ces produits sont des vaccins, qu’ils protègent contre la maladie, les formes graves, qu’une troisième dose est nécessaire quand les deux premières n’ont pas marché, etc.

 

« J’attends des réponses » 

 

D’ailleurs, les médecins libéraux me soutiennent en grande majorité. J’ai des témoignages sans arrêt de médecins généralistes, de spécialistes qui n’osent pas prendre la parole par crainte d’être radiés par le conseil de l’Ordre.

Les effets secondaires de la vaccination et de la troisième dose sont-ils minimisés ?

J’ai neuf morts autour de moi suite à des vaccinations. Un exemple précis. Récemment, je dînais chez un ami médecin. Son fils venait de perdre sa copine de 20 ans, décédée d’un infarctus huit jours après avoir été vaccinée. Je n’ai jamais vu ça de ma carrière. Des exemples dramatiques comme celui-ci il y en a beaucoup. Malheureusement, à chaque fois, les médecins n’ont jamais voulu le déclarer à la pharmacovigilance.

Autre exemple intéressant, un collègue d’une autre ville de France a rencontré récemment un cas d’hépatite étonnant chez un de ces patients. Une sorte d’hépatite toxique, quinze jours après la vaccination seulement. Beaucoup de cas de vaccinations déclenchent des hépatites auto immune, cette information est publique, publiée dans les banques de données de l’agence des médicaments. Pourtant, mon collègue en question n’a pas voulu déclarer le cas de sa patiente, par peur d’être complotiste. Ce n’est pas normal. Même s’il y a une suspicion, on doit déclarer la suspicion.

 

« Même pas 10 % des effets secondaires du vaccin sont déclarés, cela me choque beaucoup ! »

 

Le variant Omicron, c’est de la rigolade. Le ministre de la Santé sud-africain lui-même expliquait qu’il ne fallait pas s’en inquiéter. D’ailleurs, si l’on observe les chiffres de ce pays, on s’aperçoit qu’il n’y a pas eu un seul mort de ce variant. Un virus nouveau qui arrive fait des dégâts pour l’homme puis il perd de sa virulence avec le temps.

Les hommes finissent toujours par se protéger et acquérir une immunité naturelle. Cette immunité est sûrement très importante en France. Je suis persuadé que l’immense majorité des Français est déjà immunisée à vie contre le coronavirus. C’est un non-sens scientifique pour moi de dire qu’une personne ayant contracté le virus par le passé doit, à présent, se vacciner. J’attends les données scientifiques du gouvernement pour me l’expliquer.

Avec l’apparition du variant Omicron, le gouvernement a précipité ses annonces pour accélérer l’administration de troisième dose de vaccin. De quoi cette politique est-elle le nom ?

 

« Des milliards de doses sont en stock et vont se périmer très prochainement. Voilà la raison »

 

Nous vivons une crise terrible, toutes les libertés sont supprimées. Le président nous explique qu’il y aura une injection tous les six mois. Tout ça va se casser la figure à un moment donné, car tout est dans la démesure. Cette démesure ne peut pas durer éternellement. Je pense que de plus en plus de Français, pas tous malheureusement, ouvrent les yeux.

Ils n’ont pas retrouvé leur liberté malgré deux doses de vaccin, ils ne peuvent rien faire. Je ne pense pas que cette situation puisse durer, surtout lorsque l’on observe la masse de données scientifiques, d’analyse du terrain, de la parole des grands experts, de prix Nobel, de virologues, d’épidémiologistes. Tous ces gens disent la vérité, mais celle-ci est censurée dans les médias principaux.

 

« Il faut que les journalistes ouvrent les yeux et cessent de désinformer le peuple. »

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
30 + 14 =